9EME RALLYE JEANNE D'ARC HISTORIQUE 2012
123
Mitra Global CMS Mitra Global CMS Mitra Global CMS
 
9EME RALLYE JEANNE D'ARC HISTORIQUE 2012 PDF Imprimer
Écrit par Patrick DECOEN   


Equipage : Jean Claude RAULT - Patrick DECOËN  sur  Simca 1200 S

Le week-end s’annonçait sous des hospices pas très encourageants, avec des prévisions météo tournant à la pluie pour 48 heures et c’est ainsi que s’est déroulée cette dernière épreuve de navigation, organisée dans le cadre du Trophée Historique des Régions de France (THRF).

Pour ce nouvel opus, 50 équipages se sont donnés rendez-vous samedi matin à la Ferme de la «Grande Etable» dans le village de MANEHOUVILLE (76). Ce lieu sûrement magnifique avec une météo plus clémente, sera le point central du rallye.

 

 

Après un voyage humide depuis le Vexin, nous voilà arrivés à notre hôtel vendredi soir vers 21h30, nous verrons nos amis du RSC78 uniquement au départ, demain matin.

Comme les précédents rallyes de véhicules anciens organisés par le THRF, les concurrents sont répartis en deux catégories : GT pour la majorité et Expert avec des difficultés plus importantes. Au total, ce sont 6 équipages du club qui seront présents au départ, 5 en catégorie GT et un seul en expert. Site du club : www.RSC78.com

1ère Etape

N’ayant pas pu nous présenter aux vérifications techniques le vendredi soir, c’est à 7h30 le samedi que nous avons passé ce premier test. Pour éviter une procession de véhicules de même catégorie, l’organisateur a décidé d’alterner les GT et les Experts.

Le premier départ est à 9h30 et avec notre numéro 18 nous attaquons le premier secteur dès 9h48, pour 82 Kms très mouillés au sol mais relativement secs au dessus de nos têtes.

Ce premier secteur nous oblige à revoir les habitudes que nous avions prises lors des précédents rallyes, avec un roadbook  relativement différent et des CP, uniquement dans les zones de navigation (en grisée) où nous devions également respecter la moyenne impartie.

Le roadbook comporte des cases inversées, des cases avec plusieurs indications, d’autres à lire du bas vers le haut, des indications à suivre à l’inverse des intitulés et d’autres encore sans boule.

 

Ce premier secteur nous amène dans le village de Maucomble qui nous accueille pour le déjeuner. Nous sommes 9ème ex aequo et le mauvais temps arrive. Les cabriolets se couvrent pour se protéger des premières fortes pluies, seuls les concurrents de la Cobra  resteront stoïques sous la pluie.

Dans les pièges rencontrés, une case indique de passer ‘’à la gauche du Christ’’. C’est un calvaire face à nous, avec une route de chaque côté. L’indication précise ‘’à la gauche du Christ’’, il faudra donc prendre la route à droite car elle est bien à la gauche du Christ.

Les deux secteurs de l’après midi nous amènent de Maucomble à Grandcourt et un retour à Bois Robert et cela, pendant 145 Kms.

Pendant cette étape, nous avons été confrontés à des pièges  déjà rencontrés le matin, mais également à une initiation d’une épreuve de régularité. Nous avons également pu goûter à un fléché allemand associé à une cartographie.

Le but du fléché allemand est de transformer la route réelle en une arête de poisson, en allant du point A au point B. Pour cela, on démarre en laissant une route à gauche, le premier trait sur le schéma. On a l’impression d’aller tout droit, mais en réalité, la route réelle peut être n’importe où à la droite du trait.

La direction possible sur le terrain peut être chacune des 4 flèches mauves. Le copilote doit interpréter le road book et l’appliquer au terrain pour     permettre au pilote de se diriger dans la bonne direction.

 

Le fléché allemand ou arête de poisson

Cette première journée se termine sous des trombes d’eau et la consultation de la météo ne nous laisse pas augurer de bons auspices pour la journée du dimanche, malgré les prévisions du début de semaine.

Comme à chacun de nos rallyes, la soirée du samedi nous permet de conjuguer notre passion de l’automobile ancienne avec un repas très agréable et convivial au cours de laquelle nous rencontrons d’autres amoureux de ces véhicules qui ont bercé notre jeunesse.

En examinant le classement à la fin de ces trois secteurs chronométrés, nous avons gagné deux petites places, pour nous situer à la 7ème place en catégorie GT.

Toujours dans cette catégorie, le RSC 78 réalise un beau tir groupé avec 4 équipages dans les 10 premiers dont une première place provisoire pour les Benoit’s et leur Mercedes 350 SL pour leur 4ème rallye.

En catégorie Expert, une 4ème place provisoire récompense les Collovald fils et père.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2ème Etape

Dimanche matin, debout à 7h00 pour le départ de la 1ère voiture. Un petit coup d’œil dehors pour constater que les prévisions météo sont bonnes, temps totalement bouché et trombes d’eau.

Nous arrivons de l’hôtel à quelques minutes seulement de notre heure idéale de départ et au moment où le starter nous donne le top, nous perdons l’essui-glace conducteur. Avec le temps qu’il fait et la pluie qui tombe sans discontinuer, nous sommes dès le départ obligés de nous arrêter pour réparer.

Le premier secteur de 55 Kms aurait dû être parcouru à la vitesse moyenne de 41,5 Km/heure. Les conditions climatiques nous ont empêché tout excés de vitesse, avec des routes parfois totalement inondées par 10 à 15 cms d’eau. Les Alfa Roméo ont beaucoup souffert dans de telles conditions avec plusieurs moteurs noyés et parfois plus de 30 minutes pour pouvoir repartir.

Le début de l’étape se passe bien, sans réelle difficulté à part l’état des routes. Nous traversons de superbes villages comme Bailly ou Varengeville, en approchant de la mer sans jamais devoir la longer ni même la voir.

Malgrè le temps peu propice à ce genre d’activité, nous avons beaucoup ‘’jardiné’’, comme on dit quand on se perd et que l’on cherche sa route. Au milieu du parcours, la case 24 indique ‘’rue de St Martin’’, pas de souci, ensuite ‘’Pas à gauche X2’’. Cela signifie que nous devons laisser deux fois une route partant vers la gauche et ensuite à la case 25 prendre tout d’abord à gauche.

Nous avons un gros doute, faut-il compter les routes 1 et 2, comme étant les routes ‘’à gauche à ne pas prendre’’ et tourner à gauche en B, ou bien comptabiliser A et B, comme étant les routes ‘’à gauche à ne pas prendre’’ et tourner à gauche plus loin ?????

Nous essayons tout d’abord la seconde solution, nous tournons donc à droite au point B et là, la voiture s’arrête au milieu d’un torrent d’eau. Nous descendons, ouvrons le capot, contrôlons tout ce qui peut l’être dans de telles conditions, séchons les parties électriques. Nous remontons en voiture, un coup de démarreur et tout repart, notre petite Simca 1200S est de bonne composition, mais dorénavant, nous roulerons moins vite pour soulever moins de projections d’eau. Après cet intermède, nous nous perdons dans le village suivant, avec nos amis du RSC et leur Simca 1000 rallye II verte, ce qui nous entrainera au bord de la mer, nous l’aurons vu au moins une fois !

Nous essayons ensuite la première option et nous tournons à gauche pour prendre la D223, à la case 25. L’indication suivante toujours case 25, indique ‘’pas chemin et rue église’’ et ensuite ‘’pas VO 2’’. Nous continuons la D223 jusqu’à la prochaine intersection espérant trouver une indication parlant d’une église !

Ne trouvant rien, nous rebroussons chemin sur la D223 et recommençons tout depuis le calvaire. C’est d’ailleurs un vrai calvaire, car nous sommes nombreux à tourner en rond et il n’est jamais simple de se croiser dans de telles conditions et sur de si petites routes, heureusement le temps nous empêche de rouler vite. Au bout d’un moment, nous décidons de descendre vers le centre du village et nous trouvons le chemin de l’église, la rue de l’église et la VO 2, trois routes à ne pas prendre.

Nous arrivons ainsi à la case 27 et au T à prendre à gauche, au point 33 de la carte ci-dessus.

Toutes nos interrogations et nos erreurs venaient du fait qu’il ne fallait pas s’occuper du manque d’information à l’intersection à la fin de la D223, mais se rendre le plus près possible de l’église où nous trouvions le chemin et la rue de l’église !!!!!!!!!!!

Le résultat final est une perte de presque une heure à tourner en rond comme beaucoup d’autres concurrents.

La fin du secteur sera malheureusement annulé, même les voitures modernes beaucoup plus hautes que nos anciennes, ne passaient pas sur certaines portions de routes, tellement l’eau était haute.

Nous revenons à notre point de départ du matin en finissant l’étape sous le régime de la neutralisation.

Un café, un croissant et nous voilà repartis pour un dernier parcours de 48 Kms, toujours dans les mêmes conditions climatiques.

Les difficultés s’enchainent avec toujours des cases inversées, d’autres à lire du bas vers le haut, mais nous ne rencontrons aucun problème particulier.

Nous rentrons à la ferme de La Grande Etable qui nous accueille depuis le début du week-end pour chacun des repas et nous attendons avec impatience les résultats finaux des deux catégories.

Le RSC78 essaye de se grouper autour d’une même table, mais avec 6 équipages et des tables de huit, nous accueillons des concurrents que nous avons déjà pu côtoyer lors de précédents rallyes.  Comme d’habitude, nous refaisons le rallye en déjeunant. Chacun essaye de retrouver les CP, de voir où il a pu se tromper, où le roadbook n’était pas assez précis.

 

Arrivée finale

Nous avons encore gagné deux places pour finir à une 5ème place qui nous satisfait pleinement, même si, à l’étude des résultats, nous nous apercevons que nous avons raté un CP pince dans une ligne droite du dernier secteur de la dernière étape. D’après les 4 équipages classés devant nous et qui l’ont tous vu et pris, on ne pouvait pas le rater! Le résultat est simple, 20 points de pénalités et à la vue du classement ci-dessous, on a vraiment raté quelque chose, domage.

Voilà les dix premiers classés et nous pouvons effectivement avoir des regrets, car c’était un podium possible sans l’oubli de ce CP, que les 4 premiers n’ont pas raté.

  • 1          N°4                                      Mercedes 350 SL     RSC78                      80,84 pts
  • 2          N°26                                    Alpine A 110                                           195,36 pts
  • 3          N°37                                    Lotus Elan S1                                          213,20 pts
  • 4          N°39                                    Lancia Fulvia 1,3                                     217,98 pts
  • 5          N°18                                    Simca 1200S           RSC78                     221,39 pts
  • 6          N°22                                    Alpine A 110                                           226,63 pts
  • 7          N°14                                    Alfa Spider              RSC78                     233,92 pts
  • 8          N°8                                      Alfa  Bertone                                           247,39 pts
  • 9          N°12                                    Triumph Dolomite                                   248,16 pts
  • 10        N°16                                    Alfa  Guilia Super     RSC78                    273,60 pts

Nous avons passé un week-end sympathique malgré des conditions climatiques parfois dantesques. La région doit être très belle, mais invisible dans ces conditions.

Mise à jour le Jeudi, 24 Janvier 2013 22:54
 
 
Mitra Global CMS Mitra Global CMS Mitra Global CMS